La pilule du bonheur, ou presque

On a tous, au moins une fois, employé des compléments alimentaires. À l’approche de l’hiver pour les coups de fatigue (si vous êtes de ma génération, vous entendez la publicité qui tourne en boucle et n’en finit plus, oui, j’allais bien avant de t’entendre !), mais aussi pour éviter ou contrer les carences lorsque l’on est enceinte par exemple. Ces compléments s’ils sont mal dosés ou conçus ne sont pas correctement assimilé par notre organisme et ne servent donc à rien.

Le bien-être en une pilule ou deux ?

Selon une étude plus d’un quart des femmes et 15 % des hommes ont recours régulièrement à des compléments alimentaires. Le hic, c’est qu’ils ne se renseignent pas forcément correctement, sans conseil médical leur utilisation est vouée à l’échec. Comme par exemple la vitamine C qui ne se fixe pas si elle n’est pas combinée avec de la vitamine D. De même, éviter de vous procurer vos compléments alimentaires en grande distribution qui n’a qu’un seul but vendre sans forcément, respecter les dosages ou la qualité des produits, tournez-vous plutôt vers des sites spécialisés comme le Laboratoire Lescuyer qui aura à cœur votre santé et votre bien-être.

Quand les utiliser ?

La prise de compléments alimentaires est nécessaire pour compenser le manque de certains nutriments. Les femmes y sont plus habituées que les hommes comme dit précédemment. À cause d’un cycle menstruel abondant ou en tant que femme enceinte, elles sont sujettes aux carences de fer, calcium et de vitamine B9. Les végétariens et végétaliens ou encore les personnes très actives (comme les sportifs) sont au fait de leur utilisation et sont en général bien informées sur leur emploi.